Les graines germées, comment faire ?

Bonjour à tous ! Aujourd’hui on parle de graines germées. Mais pourquoi ? Parce que c’est bon, parce que c’est sain, parce que c’est plutôt facile à faire et que ça apporte un vrai petit bout de nature dans une cuisine.

Il y a quelques temps ma blopine (comprenez copine de blog) Leviatane Sombrelune du blog le renard dans la théière, faisait un article sur les graines germées. Je dois avouer que son article tombait à pic, parce que les graines germées, j’aime plutôt pas mal. Et surtout parce que ça faisait des semaines que je me disais « il faut que tu t’y remettes ». Ca m’a donc un peu fait l’effet d’un électrochoc, et à l’heure où j’écris ces quelques lignes, je suis en train de faire tremper des graines.

Vous l’aurez compris, la rédaction de ce petit feuilleton va se faire sur plusieurs jours, car la nature fait les choses à son rythme, et c’est très bien comme ça. Mais commençons par le début…

Graines germées (source : site Satoriz)
Graines germées (source : site Satoriz)

Qu’est ce qu’une graine germée et à quoi ça sert ?

Les graines germées c’est un peu vieux comme le monde, vous vous rappelez quand vous étiez petits, et que la maîtresse vous demandait de rapporter un oeuf vide, sur lequel vous alliez dessiner un visage, vous le bourriez de coton et mettiez quelques graines de lentilles. Au bout de quelques jours votre oeuf avait des cheveux ? Et bien voilà, nous y sommes, il s’agissait de votre première expérience en graines germées ! C’était pas vraiment compliqué, et c’était rigolo de voir tous les jours, pousser ces petites plantes alors qu’il n’y avait même pas de terre !

Les bienfaits des graines germées : ultra riches en minéraux et vitamines

Si votre maîtresse à l’époque avait été une dingue de Healthy food, elle vous aurait sans doute expliqué que non seulement ces petites graines ont le pouvoir incroyable de pousser dans n’importe quelles conditions, à partir du moment où elles ont un peu d’eau, mais elle vous aurait également appris qu’elles renferment un nombre sidérant de vitamines et d’oligoéléments, indispensables au bon fonctionnement de notre corps.

Je sens que vous voulez une liste ? Alors pèle mêle, vous trouverez entre autres du calcium, du fer, du zinc, du magnésium, du potassium, du sodium, et puis des vitamines A, B1, B2, C, D, E, et bien d’autres.

Evidemment toutes les graines germées ne contiennent pas tous les éléments, sur internet vous avez beaucoup de sites qui vous détaillent les bienfaits de telle graine, les apports de telle autre. Et puis il existe beaucoup de livre sur la question, si je ne devais en citer qu’un ce serait sans doute Les graines germées de Valérie Cupillard, aux éditions de La Plage. (le lien vous renvoie vers le site de l’éditeur et non pas vers Amazon ou un site marchand en ligne).

La nature est merveilleuse n’est ce pas ? Et niveau porte -monnaie ?

Les graines germées une forte rentabilité pour peu d’investissement

Vous venez de le comprendre, les graines germées sont un peu la nouvelle panacée. Et qui dit « grands bienfaits pour la santé », dit également « ça coûte un bras dans les magasins spécialisés ».

Et oui, comme pour tout effet de mode, certaines entreprises se sont ruées sur ces petites pousses, et proposent donc aux consommateurs des graines déjà germées et directement consommables. MAIS elles sont vendues au prix fort, très fort… dans certaines boutiques on peut même atteindre des prix mirobolants.

Mais alors ce n’est pas à la portée de tous ? Et bien, si, pour un minimum d’investissement, vous pourrez vous faire vos propres petites récoltes de graines germées.

Rentrons maintenant dans le vif du sujet, comment fait on ?

Quel type de graines peut on faire germer ?

graines de cresson à germer
graines de cresson à germer

Cette question peut paraître un peu bête, mais elle a son importance. En fait, nous pouvons faire germer toutes les graines, mais elles ne sont pas toutes consommables !

Sachez tout d’abord qu’il existe deux grands types de graines, et elles se cultivent de manière différentes. Il y a les graines classiques et les graines à mucilage.

Les graines germées classiques

Ce sont les plus répandues. Pour les faire germer, on peut les mettre sur un coton ou dans un bocal. Elles se développent sans besoin de support, et on les consomme entièrement.

On y retrouve les légumineuses (pois chiche, haricots, lentilles…), les céréales (blé, orge, sarrasin…) , les oléagineux (amandes, noix…) et les légumes (radis, épinards, oignons, poireaux… ).

Et puis il y a les autres…

Les graines germées à mucilage

graines de cresson à mucilage
graines de cresson à mucilage

Ah ah ah le bon gros mot barbare. Ces graines ont obligatoirement besoin d’un support, et ne peuvent être cultivées qu’à plat. En effet, en les mouillant une sorte de gel transparent (le fameux mucilage que l’on voit sur la photo) va les enrober et les protéger. Ensuite elles vont pousser, et il faudra les couper pour pouvoir les consommer, le support lui, devra être jeté.

Dans notre chance, les graines mucilagineuses, sont les moins nombreuses, on y retrouve la moutarde, le cresson, la roquette et le lin par exemple.

 

Quand vous achetez des graines, vous devez donc impérativement vérifier s’il s’agit de graines classiques ou de graines à mucilage, car comme nous venons de le voir, les conditions de pousse ne sont pas du tout les même.

 

Les graines à ne pas consommer

Je viens de vous dire que quasi toutes les graines peuvent être germées dans le but de les consommer. Toutefois certaines sont à proscrire en raison de leur toxicité. Je vous invite donc avant de faire germer n’importe quelle graine à effectuer quelques recherches ou à vous rapprocher d’un professionnel qui pourra vous dire si elles présentent un risque ou non.

Ainsi, entre autre, vous ne devez pas faire germer pour consommer des graines : de tomates ainsi que toutes les graines de cette famille (les solanacées), d’aubergines, et de rhubarbe.

Maintenant que vous êtes devenus incollables sur les types de graines germées et que votre avez choisi les prochaines que vous alliez faire pousser, intéressons nous au matériel et au processus de germination.

Matériels et processus nécessaires pour faire des graines germées

Je vous donne ici la méthode « récup », mais vous pouvez également investir dans des germoirs que vous pourrez acheter dans le commerce.

Matériel pour les graines classiques

Pour faire votre première récolte, il vous faudra donc un minimum de matériel :

  • Matériel graines à germer
    Matériels pour faire germer des graines classiques

    1 paquet ou plusieurs de graines à germer

  • 2 ou 3 bocaux en verre ou plus
  •  un peu de gaze ou un tissu étamine
  • autant d’élastique que de bocaux
  • un égouttoir à vaisselle, ou tout autre petit mobilier vous permettant de garder les bocaux inclinés
  • j’oubliais l’élément qui vous coûtera certainement le plus cher… de la patience.

Il faut savoir et c’est très important  que : Vos graines ne doivent JAMAIS stagner dans l’eau pendant la germination après leur trempage.

Le tissu étamine sert à boucher le bocal, et retenir les graines pour qu’elles ne tombent pas, tout en laissant s’écouler l’eau. Cela permettra non seulement de conserver une atmosphère humide dans votre bocal, mais aussi une aération constante. Ainsi vous n’aurez aucun souci ou en tout cas vous limiterez le développement de certains germes malveillants.

Pourquoi plusieurs bocaux ? Et bien les graines vont plus ou moins germées toutes en même temps, et elles doivent être consommées rapidement. Préparer plusieurs départs successifs, vous permettra d’enchaîner les récoltes sans interruption et de pouvoir manger des graines germées tous les jours sans avoir à attendre.

Ex de planning de germination : vous pouvez commencer le lundi, faire une deuxième tournée le mercredi, une troisième le vendredi etc etc.

Chaque graine à un temps de germination différent, celui-ci est généralement indiqué sur la boîte. Certaines peuvent être mâtures en 3 ou 4 jours, alors que pour d’autres il faudra plus d’une semaine. La rotation de vos récoltes dépendra donc du type de graines que vous choisirez, et de votre volonté d’en cultiver plusieurs simultanément.

Processus pour faire germer des graines classiques

Germoir pour graines à germer version récup'
Germoir pour graines à germer version récup’

La théorie est assez simple, et la pratique tout autant.

  • Vous devez faire tremper vos graines entre quelques heures et une journée (tout dépendra des graines que vous avez choisi !). Pendant ce temps, lavez le bocal qui accueillera vos graines à germer.

 

  • Rincez bien vos graines à la fin du trempage, et jetez l’eau. Mettez vos graines humides dans un bocal. Placez le linge sur l’ouverture de votre pot et glissez l’élastique autour afin qu’il maintienne le linge qui obstruera le bocal.

 

  • Deux fois par jour, faites couler de l’eau dans le bocal à travers le linge, remuez et lavez les graines, inclinez le bocal afin d’enlever le maximum d’eau (sans enlever le linge, ainsi il retiendra les graines) et laissez le bocal s’égoutter doucement jusqu’au prochain lavage.

 

Une fois que les graines ont germé, et atteint le stade que vous désirez, lavez les une dernière fois avant de pouvoir les consommer entières immédiatement.

 

Matériel pour les graines à mucilage

Cette fois ci le matériel est encore plus réduit que pour les graines classiques. Il vous suffit de récupérer :

  • une ou plusieurs coupelles ou assiettes
  • un support (du sopalin, du coton…)
  • 1 ou plusieurs paquets de graines à germer à mucilage

Le support, vous permettra de ne pas avoir à racler votre assiette ou votre coupelle quand vous aurez fini de consommer vos graines. En effet, lors du trempage, les graines à mucilage vont générer un gel transparent (le mucilage) qui leur permettra de rester dans une ambiance humide tout au long de la germination. Ce gel va littéralement coller les graines au support, si bien que pour récolter les graines germées, vous serez obligés de les couper (comme si vous tondiez une pelouse).

Processus pour faire germer des graines à mucilage

Si le processus de germination reste semblable à celui des graines classiques, la nature même des graines à mucilage, le rend légèrement différent. En effet, vous ne pourrez pas faire tremper vos graines dans un bol avant de les mettre sur le support, car la création du mucilage va être instantanée, et vous risqueriez de vous trouver avec un gros tas gélatineux et inutilisable.

Matériel graines à germer à mucilage, version récup'
Matériel pour graines à germer à mucilage, version récup’
  • Pour bien hydrater vos graines je vous conseille donc de mouiller directement votre support sur votre coupelle ou votre assiette. Une fois qu’il est bien mouillé (pas dégoulinant quand même, mais plus qu’humide), mettez vos graines sur le support et éclaboussez les un peu.
  • 1 à 2 fois par jour, mouillez vos graines et votre support, de sorte à le garder toujours humide.

Une fois atteint le stade de germination souhaité, vous n’aurez plus qu’à couper vos petites pousses, à les laver et à les déguster immédiatement.

 

Prochainement un article pour vous montrer l’évolution des graines que j’ai mise à germer aujourd’hui. Il s’agit de graines classiques : alfalfa et fenugrec, ainsi que d’une graine à mucilage : le cresson.

 

Si cet article vous a plu, rejoignez la communauté de Cocotte et Ecumoire sur la page Facebook Ici. Et comme toujours, laissez moi un petit commentaire si vous aussi vous avez testé les graines germées, si vous aimez ça, si vous n’aimez pas, vos préférées ou même comment vous les mangez !

Enregistrer

11 thoughts on “Les graines germées, comment faire ?

    1. ah ah j’avoue que quand j’en fais, c’est la première chose que je check en sortant du lit, tellement j’ai hâte de savoir si ça a poussé ! merci pour ton passage chez moi 😉

  1. Super article ! Je m’interroge au sujet des graine contenant de la B12 j’ai toujours entendu que ce n’était que dans les produits animal qu’elle était présente ceux pourquoi les vegan se supplémente pour cette vitamine, ce serait donc une erreur ? La nature peu vraiment nous l’offrir ?

    1. je me suis posée la même question. Déjà le sujet de la B12 fait rage au sein de la communauté vegan, certains pensent qu’il n’est pas nécessaire de se supplémenter car elle serait déjà disponible. N’étant pas vegan, j’avoue ne pas m’être penché de trop sur la question… De même avant de manquer de B12, d’après ce que j’avais lu, c’était pas au bout de 5 mois… Mais peut être que c’est plus une question de quantité… parce que dans les graines germées, même s’il y en a, c’est un petit peu, puisqu’on n’en consomme qu’une petite quantité… Je vais me pencher un peu plus sur la question pour voir si je peux compléter 🙂 Merci beaucoup pour ton retour 🙂

    2. voilà, après recherche, même si on le trouve mentionné sur certaines sources, je préfère enlever la B12 de la liste, car il semblerait que même si elle soit présente dans le cadre des graines germées de certaines céréales, on ne sache pas si cela est du à la céréale, ou à la supplémentation en B12 que la céréale aurait pu recevoir pendant sa croissance. Merci encore pour ton commentaire 🙂

    1. ah ah ah 🙂 c’est une très bonne question ! En fait elles ont toutes un goût différent. Dans tous les cas, ça fait un goût vert et rafraîchissant. La plus connu c’est le harricot mungo (les pousses de soja), en version non cuites, c’est plutôt neutre dans ce cas là. Tu en trouves avec des goûts plus épicés et un peu de « curry », le fenugrec par exemple. Tu en as des piquantes comme la moutarde, le radis. Je trouve que le cresson ça envoie aussi pas mal.
      Pour commencer le plus simple c’est l’alfalfa, la luserne. Ca pousse bien, c’est plutôt neutre, avec un goût de végétal, ça apporte du croquant et du super frais dans une salade verte.
      Merci pour ton message 🙂

    1. bonjour Marion, pour ma part j’aime bien l’alfalfa, classique et très facile 🙂 et puis j’aime bien ce qui est moutarde aussi. Là je tente le haricot mungo et une nouvelle tentative sur le fenugrec. La dernière fois j’avais trouvé le fenugrec très épicé, et je ne m’y attendais pas, du coup ça m’avait un peu refroidi 🙂 J’aimerai bien un jour tenter la betterave, elles sont d’un joli rouge/rose 🙂 Merci pour ton passage chez moi 🙂

    1. J’avoue que je n’ai jamais encore testé… elles se font dévorer trop vite AH AH AH mais je note pour tester dès que je pourrai !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *